Vous êtes ici : 
Accueil du site > Magazine > Archives > 2009 > 2e trim 2009 > A la une > Les conclusions du forum "International Advanced Mobility" :
L’avenir de la voiture est électrique et il faut le préparer dès aujourd’hui.


2e trim 2009
Edito
L’industrie automobile mondiale en pleine restructuration.
A la une
Hyundai Elantra LPI HEV, un véhicule électrique hybride alimenté au GPL.
Les conclusions du forum "International Advanced Mobility" :
L’avenir de la voiture est électrique et il faut le préparer dès aujourd’hui.
International Advanced Mobility Forum conclusions :
The future of the automobile is electric and we must prepare it now !
Réservez une Friendly pour 10 euros, ou comment participer au financement de sa mise en production ?
Re-engineered battery material could lead to rapid recharging of many devices
De nouvelles batteries plus petites, plus légères et à recharge ultra rapide.
Nouveau utilitaire électrique Ford Tourneo Connect BEV.
New Battery-Electric Ford Tourneo Connect.
mila ev, le nouveau concept de véhicule électrique de Magna Steyr.
mila ev, the new electric vehicle concept of Magna Steyr.
Dossiers du mois
Agrocarburants
Mobilité durable
Pollution de l air et changement climatique
Du côté des constructeurs
Véhicules du futur
Energie
Portrait
Véhicules à faible consommation
Economie_Finance
Societe
International
Breves
Genève - mardi 24 mars 2009
Les conclusions du forum "International Advanced Mobility" :
L’avenir de la voiture est électrique et il faut le préparer dès aujourd’hui.

Publicité

International Advanced Mobility Forum - IAMF - est un forum scientifique et public ayant pour thème la mobilité du futur. La seconde édition s’est tenue du 10 au 12 mars 2009 à GENEVA PALEXPO durant le Salon International de l’Automobile de Genève. Le thème en était l’approvisionnement en énergie pour la mobilité du futur.


En attendant l’avènement – prévu à partir de 2020 - de la voiture à hydrogène, le futur proche de l’automobile passe immanquablement par une phase électrique. Que l’on parle de véhicules 100% électrique, hybrides ou plug-in hybrides, le défi est le même : trouver des sources d’approvisionnement électriques suffisantes, efficaces et le moins coûteuses possible. Il faudra également mettre sur pied un réseau de distribution approprié, qui permettra au public d’utiliser son véhicule avec la même souplesse qu’il le fait, aujourd’hui, avec les voitures à moteur thermique…

La demande mondiale en pétrole va augmenter
Hausse, ou baisse, du prix du baril de brut, une chose est sûre : la demande mondiale en pétrole est en augmentation constante. Selon Kenneth D. Rose, du Concawe, on devrait passer de 300 millions de tonnes par an aujourd’hui à près de 500 millions de tonnes d’ici 2020 ! 300 millions de tonnes par an, c’est un milliard de litres par jour, soit un volume équivalent à celui… de la Tour Eiffel ! Mais, à l’horizon 2020, ce sont les transports professionnels et les véhicules lourds qui feront exploser la demande en diesel. Le trafic privé, lui, verra sa demande diminuer tant en essence qu’en diesel. Car l’automobile se dirige déjà vers d’autres voies. Le mouvement est irréversible et les nouvelles solutions prêtes.

Les sources d’énergie alternative ne manquent pas
Le but de l’industrie automobile est clair : il faut diminuer, drastiquement, les émissions de CO2. Pour réduire les atteintes à l’environnement mais, aussi, pour faire face à la densification du trafic dans des villes qui sont appelées à grandir et, donc, à voir le trafic urbain augmenter énormément d’ici 2020 – 2050. A cette époque, les spécialistes comme Pierpaolo Cazzola, de l’IEA, prédisent que le moteur à explosion existera toujours. Mais il devra faire face à l’appauvrissement des réserves de pétrole et cohabitera de façon minoritaire avec des modes de propulsion plus respectueux de l’environnement. Pour approvisionner cette nouvelle flotte, c’est essentiellement d’électricité dont nous aurons besoin. Et pour produire de l’électricité en suffisance, on se tournera de plus en plus vers des énergies propres, comme l’éolien, ou le solaire. Cette électricité « propre » contribuera au but de toutes ces recherches : parvenir à diminuer les émissions de CO2 de 50% d’ici à 2050. Mais l’électricité ne sera pas seule : le gaz naturel, ainsi que le bioéthanol de seconde génération – qui n’entre plus en concurrence avec les cultures vivrières – auront aussi leur rôle à jouer. Sans oublier une solution étonnante, venue de Nouvelle Zélande et qu’a présentée Ben Keet : une émulsion d’huile de récupération et d’eau offrant des capacités énergétiques étonnantes et nettement moins polluante que le diesel conventionnel…

Il faut adapter la technologie
Le réseau de distribution devra être renforcé, pour pouvoir fournir l’électricité nécessaire. Un défi que les producteurs sauront relever, comme l’a démontré Philippe Méan de l’Alpiq. Côté constructeurs, le problème principal auquel doivent faire face les véhicules électriques tient en un mot : batterie ! La clé du succès réside dans la mise au point d’unités de stockage légères, sûres et capables d’emmagasiner assez d’énergie pour offrir aux véhicules électriques une autonomie comparable à celle des voitures actuelles. Les pistes sont multiples. Faut-il se tourner vers des batteries lithium-ion ? Ou de type nickel métal-hydride ? Ou encore remplacer le lithium par du sodium, plus répandu et moins coûteux ? Le débat reste ouvert, même si l’option la plus souvent choisie actuellement par les constructeurs est de faire appel aux batteries de type lithium-ion. La seule certitude est que ces batteries du futur devront tout à la fois offrir toutes les garanties de sécurité requises et parvenir à résoudre l’épineuse question du temps de charge. Les charges dites « rapides » - 30 minutes pour remonter à 80%, contre 7 heures pour une recharge « douce » à 100% - présentant l’inconvénient d’endommager la batterie et de réduire la capacité de charge à long terme…

L’hybride est arrivée à maturité
La nouvelle Toyota Prius poursuit la recherche technologique de pointe, en intégrant des solutions d’avant-garde, comme un toit contenant un panneau solaire, pour fournir elle-même une partie de l’électricité dont elle a besoin. Mais c’est Honda, avec son Insight, qui a franchi un pas décisif : proposer aux clients une hybride à prix réduit. Comment y est-on arrivé ? En concevant, dès le départ, la voiture pour être propulsée avec une mode alternatif, bien sûr. Mais, surtout, en utilisant des composants simples, rationnalisés à l’extrême, pour en diminuer le prix tout en augmentant la qualité. Le résultat : une voiture fonctionnelle, pratique, efficiente et amusante à conduire. Ce qui pourrait bien amener à « démocratiser » la voiture hybride et à la faire sortir du schéma type décrit par Peter De Haan, de l’ETHZ, dont l’étude dépeint l’acheteur actuel d’hybride comme étant de niveau éducationnel supérieur, prêt à dépenser plus dans un seul but écologique. Mais un acheteur qu’il n’y a pas besoin de convaincre tant il est déjà sûr de son choix.

L’électrique y est presque
Mitsubishi et Nissan, qui sont au coude à coude pour devenir le premier constructeur à commercialiser une voiture électrique en grande série, sont désormais à bout touchant. Les questions technologiques et techniques étant quasiment résolues, restent maintenant à régler des problèmes de détail : faut-il vendre les voitures cher, équipées de leurs batteries ? Ou vaut-il mieux les proposer au prix d’une voiture actuelle, mais avec un système de batterie en leasing ? Là encore, le débat reste ouvert. Tandis que, dans les laboratoires, les chercheurs préparent déjà la suite. A l’image de Marco Piffaretti, venu présenter LAMPO, un prototype doté de deux moteurs électriques, optimisés pour récupérer un maximum d’énergie à la moindre occasion, et proposé avec une station de charge autonome, approvisionnée par l’énergie solaire.

Conclusion
L’avenir de la voiture, à moyen voire court terme, est électrique. Fournisseur d’électricité et fabricants d’automobiles se doivent donc de travailler ensemble pour relever les défis liés à la production et à la distribution de l’énergie nécessaire à ces futurs véhicules. Sans oublier de continuer à améliorer les moteurs existants et en intégrant les sources d’énergie alternatives, tel le gaz ou le bioéthanol. C’est ainsi qu’a conclu Philipp Dietrich, de l’Institut Paul Scherrer et Président du Comité d’organisation de IAMF. Non sans avoir rappelé, au nom de Maurizio Maggiore de la Commission Européenne, que « la décision récemment prise par la Commission Européenne, de ramener à 95 g/km la quantité de CO2 dégagée d’ici à 2020 ainsi que la stratégie du 20-20-20 (20% d’émissions de gaz à effet de serre en moins - 20% d’efficience en plus - 20% au moins d’énergie renouvelable dans le mix d’énergie total) représentent le plus formidable pari sur le futur jamais réalisé par l’industrie automobile. » Et de citer encore M. Maggiore : « Crise économique ou pas, nous ne pouvons pas nous permettre de stopper aujourd’hui le développement technologique. Parce qu’une crise environnementale majeure se prépare. Alors, que ce soit pour de nobles raisons écologiques, ou pour des considérations strictement opportunistes de sécurité énergétique, la voiture verte est là. Et elle est là pour rester ! La seule chose qui reste à déterminer est qui va la produire et la mettre sur le marché. Les Etats-Unis ont déjà appris que mettre en avant des technologies dépassées était une stratégie à hauts risques… »

IAMF 2010 les 9 et 10 mars
Les conférences et tables rondes de IAMF ont été suivies par près de 200 participants venus de du monde entier. L’année prochaine, IAMF aura lieu les 9 et 10 mars 2010 dans le centre de congrès de GENEVA PALEXPO et durant le Salon de l’Automobile. L’accent y sera mis sur les technologies pour des véhicules propres à haut rendement.


< précédent Haut de page suivant >


Archives mag

Publicité